Société Nautique des Calanquais de la Vieille Chapelle

Société Nautique des Calanquais de la Vieille Chapelle

SNCVC Pointe Rouge Marseille


GRAND TOILETTAGE POUR LES PETITS FONDS

Publié par S.N.C.V.C sur 4 Avril 2013, 11:17am

A bord de la barge, s’entassent des tonnes de déchets parfois vieux de 70 ans. photo Patrick DI DOMENICO
A bord de la barge, s’entassent des tonnes de déchets parfois vieux de 70 ans. photo Patrick DI DOMENICO
Après Sormiou et Morgiou, la Ville poursuit son opération d’enlèvements des macro-déchets au Frioul. Tôles ou bout d’épaves se retrouvent même dans les zones de baignade. 
 

De bon matin sur « Attila », la bien nommée barge géante sous traitée par la Ville de Marseille, à quelques encablures du port du Frioul, l’équipage est parti à la pêche aux « bordilles » sous-marines. Après une intervention l’an dernier à Morgiou et Sormiou, ce nouveau grand nettoyage des « petits » fonds a été lancé il y a une dizaine de jours et devrait se terminer à la fin de la semaine précise Didier Réault (UMP), conseiller municipal délégué à la mer, aux plages, au nautisme et au Parc national des Calanques. 

Le but : « restaurer les fonds marins en enlevant les plus gros déchets quand c’est possible, il ne s’agit pas d’arracher les herbiers de posidonie », poursuit l’élu. La démarche s’inscrit également dans le cadre de la charte du parc national à laquelle a adhéré la municipalité marseillaise, la partie maritime du Frioul étant classée zone adjacente du parc. L’élu ne s’en cache pas, l’objectif est aussi économique en offrant aux plongeurs un véritable espace naturel à admirer.


Revenir à un « état zéro » 
des fonds marins   


Sur la barge, un amoncellement de matières diverses : des pneus, des pieux, des bouts d’embarcations et de pontons. « Le plus impressionnant, ce sont ces tôles déchiquetées particulièrement dangereuses puisque nous les avons retrouvées à 5 mètres de fond dans la zone de baignade », estime Joseph Guglielmetti, ingénieur territorial au service mer et littoral de la Ville, en charge de l’opération. Du matériel de la dernière guerre mondiale aurait également été retrouvé comme ce wagonnet repéré mais pas encore retiré des eaux. Car tout a été recensé et balisé par GPS en amont, par des plongeurs professionnels. Ce sont ces derniers qui accrochent les matériaux à la grue. « Une flèche de 20 mètres sur laquelle on peut suspendre 8 tonnes », décrit fièrement Joseph Guglielmetti qui a préféré voir grand pour pallier à toute situation. « Seules 4 à 5 entreprises en Méditerranée disposent d’un tel matériel », assure-t-il. En l’occurrence, c’est la Spac pour Société parisienne de canalisations, filiale du groupe Colas, elle-même filiale du groupe Bouygues, qui a remporté une partie du marché, cette dernière assurant également le traitement des déchets réceptionnés à l’Estaque. 
La Ville aura investi 300 000 euros pour « dépolluer » les abords du Frioul sur une bande de 300 mètres en partant du bord. Dans le cadre du plan mer et littoral adopté en décembre 2010 par le conseil municipal, c’est un budget total de 600 000 euros sur deux ans qui a été dégagé spécialement pour débarrasser les fonds de ces macro-déchets, sur une autorisation de programme de 40 millions sur dix ans votée avec le plan.        
« C’est cher mais il y a un vrai travail de préparation et ce nettoyage nous permet d’atteindre un état zéro, nous espérons ne plus avoir à y revenir », justifie Didier Réault qui compte sur le civisme des visiteurs et habitants de l’île mais aussi sur les patrouilleurs du parc des calanques pour surveiller désormais les lieux. 
Dans la foulée, une deuxième opération devrait être conduite en juin, cette fois-ci pour débarrasser les « corps morts » qui jalonnent la côte des Catalans à l’île Maïre. Les blocs de balisage en béton étant devenus inutiles après la pose d’ancrages écologiques précise l’élu à la Mer. Quant au traitement du littoral Nord, jusqu’à Corbières, la bonne volonté de la Ville s’arrête aux portes du grand port maritime affirme Didier Réault. Une question de « compétence ».  


Mireille Roubaud 

Source : www.lamarseillaise.fr   @lamarswebamarsweb


 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents