Société Nautique des Calanquais de la Vieille Chapelle

Société Nautique des Calanquais de la Vieille Chapelle

SNCVC Pointe Rouge Marseille


Une pêche aux gros objets au large de Marseille

Publié par S.N.C.V.C sur 3 Avril 2013, 14:45pm

ENVIRONNEMENT – Pendant 3 semaines, une vaste opération de nettoyage des fonds marins se déroule au large de plusieurs plages de Marseille. Objectif : réhabiliter ces zones de baignade.

La scène a de quoi surprendre. Posée à moins de 300 mètres du littoral marseillais, une grosse barge de 30 mètres de long pour 17 de large sillonne actuellement les petits fonds marins. À son bord, une équipe de 3 scaphandriers, aidés dans leurs recherches par une grue de 20 mètres de haut, s’active pour une pêche surprenante. Même si elle a des allures d’expédition archéologique, cette opération vise avant tout à "restaurer l’environnement marin en enlevant les gros objets laissés dans les fonds marins", souligne l’adjoint à la mairie de Marseille, Didier Réault, délégué à la Mer.

En moins de 4 semaines, ce véritable chantier flottant (coût : 600 000 euros) devrait prélever près de 600 tonnes de déchets. Après les calanques de Morgiou et Sormiou, la barge stationne en ce moment au large du Frioul avant de prendre la direction des Catalans. Des plages très fréquentés l’été nécessitant une réhabilitation pour plusieurs raisons explique l’élu. "Ces prélèvements permettent de dépolluer, mais aussi d’éviter les risques de coupures pour les baigneurs ou les chocs avec les bateaux de plaisance".

Des avions de la seconde guerre mondiale

Jamais nettoyés, les petits fonds marins (5/6 mètres de profondeur) recèlent d’objets en tout genre. D’un côté, les pneus ou autres caddies remontés à la surface témoignent de la négligence de certains plaisanciers. De l’autre de grands blocs de béton en forme de pyramide rappellent l’occupation allemande à Marseille durant la seconde guerre mondiale. "Ils ont été posés pour éviter le débarquement des navires", explique René Crochet, plongeur dans les travaux sous-marins pour l’entreprise Scaphtek.

Visiblement un peu déçu de ne pas avoir encore trouvé de "trésors", le scaphandrier s’étonne quand même de certaines découvertes. "Il y a quelques jours on a repêché une aile d’avion de la dernière guerre. Et puis il y a aussi des morceaux d’amphores, sans grande valeur, datant de la période romaine". Autant d’objets jugés encombrants dans ces zones de baignade qui seront ensuite recyclés pour leur donner une nouvelle vie des dizaines voire des centaines d’années après leur création. 

Source : http://www.metrofrance.com 

@MetroFrance 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents